Jeu De La Vérité

 

logo-roland-garros-2012.jpg

 

VOICI LE "JEU DE LA VERITE" TIRE DU SITE OFFICIEL DE ROLAND-GARROS 2012 : VIKTOR EST QUESTIONNE AVANT SON MATCH CONTRE FOGNINI...

 

JEU DE LA VÉRITÉ. Séchage d'entraînement, passion pour les popstars, soirées folles entre amis: Viktor Troicki, tête de série n°28, qualifié pour le deuxième tour où il affrontera l'Italien Fabio Fognini, ne s'est pas privé pour livrer ses secrets à rolandgarros.com. L'occasion d'apprendre que le Serbe a même trouvé l'amour dans le stade.

Viktor, quelle est votre plus mauvaise excuse pour rater un entraînement ? Je n’aime pas trop les entraînements matinaux alors je suis devenu un spécialiste de ce genre de bobards. La pire des excuses c’est quand je n’ai rien dit ! Je suis resté au lit sans avertir mon staff. Mes entraîneurs étaient sur le court, ils m’attendaient pour bosser et moi j’ai fait le mort, je suis resté sous la couette (rires).

Votre plus folle soirée sur le circuit ? Certainement après la finale de la Coupe Davis, à Belgrade. On a fait la fête du dimanche soir au mercredi ! Un truc de fou ! À la fin, j’étais complètement cuit.

Qui rêviez-vous d’embrasser quand vous étiez jeune ? (Longue réflexion) Il y a eu beaucoup de stars de la télé ou du cinéma. Il faut que j’en cite une en particulier ? Bon, dans ce cas, je suis obligé de lâcher le morceau : Britney Spears. J’avoue que je ne suis pas fier mais à l’époque elle avait la cote.

Êtes-vous jaloux d'un autre joueur et pourquoi ? Je suis jaloux des gars qui sont sur le point de me dépasser au classement. Je les regarde du coin de l’œil en espérant qu’ils perdent leur prochain match (rires).

Votre plus gros mensonge à un journaliste ? J’essaye d’être le plus honnête possible mais bon, parfois, j’occulte certaines choses.

La folie financière que vous regrettez ? Quand on sort avec les potes, on va de bar en bar et à la fin, on n’est plus vraiment lucide. Et quand je paye l’addition qui est parfois énorme, le lendemain je suis dégouté !

La mauvaise habitude sur le court dont tu aimerais te débarrasser ? Avant de servir, j’ai tendance à prendre six balles dans la main et à les faire tourner pour choisir les bonnes. Ça ne sert à rien, en fait.

La chanson dans votre MP3 la plus embarrassante ? Une chanson de musique traditionnelle serbe. Ça ressemble un peu à de la country.

Votre surnom le plus stupide ? "Vicky" ! Je n’ai jamais aimé ce surnom. On m’appelait comme ça quand j’étais môme. Je trouvais ça vraiment trop féminin. Maintenant, c’est "Vik" ou "Visha". C’est mieux non ?

Qu’avez-vous fait de plus fou pour séduire une fille ? Il y a quatre ans, ici à Roland-Garros, j’ai rencontré une Serbe. On a fait connaissance mais je n’ai pas récupéré son numéro de téléphone. J’ai donc dû demander à des amis communs de l’inviter à venir voir mon match. Elle est venue et après j’ai pu l’inviter à diner ! Aujourd’hui, on est toujours ensemble.

La personne avec qui vous n'avez jamais osé parler sur le circuit ou en dehors ? Andre Agassi. Il était mon idole de jeunesse. Quand je suis arrivé sur le circuit, lui était encore là. Je me suis retrouvé un jour à me faire soigner une cheville en vrac et Andre a débarqué et est venu me parler. Il m’a demandé comme ça allait et m’a donné quelques conseils. J’ai halluciné ! Je n’étais pas très à l’aise. C’était une situation un peu embarrassante car je ne savais pas trop quoi lui dire.

La fois où vous avez le plus profité de votre statut de star ? Parfois je m’en sers pour couper la queue, surtout en Serbie. J’essaye de ne pas en abuser mais j’avoue que c’est parfois bien pratique. 

 

1db157156a13c159a403e4d79a4a4b1c

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

×